top of page
Rechercher

La brique à boisson: leader écologique grâce au recyclage

Que ce soit pour le thé glacé, le jus d’orange, le lait ou le vin: la brique à boisson constitue l’emballage de choix pour toute décision d’achat durable. Si le recyclage est mis en œuvre à l’échelle suisse, il n’y aura pas d’emballage plus respectueux de l’environnement sur le marché que la brique à boisson: cinq conclusions tirées de l’écobilan le plus récent.



1. Le lait a sa place dans une brique à boisson et non dans une bouteille en plastique

Si le lait est conditionné en brique plutôt que dans une bouteille en plastique, l’impact environnemental en est réduit jusqu’à 55 %, voire 60 % en cas de recyclage. Même si les bouteilles de lait en PET peuvent être recyclées depuis peu, elles présentent un impact environnemental supérieur de plus d’un tiers à celui du lait conditionné en briques à boisson. Pour nous, cela se passe de commentaire!

 
2. Du vin en brique? Une idée géniale d’un point de vue environnemental

Tous les goûts sont dans la nature – cela vaut également pour le vin en brique à boisson. Ses atouts environnementaux, en revanche, sont indiscutables. Ainsi, l’impact environnemental de la brique à boisson est inférieur de plus de 80 % à celui de la bouteille de vin jetable. La brique à boissons affiche même une longueur d’avance considérable par rapport à la bouteille consignée. Cela est notamment dû au fait que la bouteille en verre réutilisable destinée au marché du vin ne comptabilise que peu de cycles d’utilisation (moins de huit selon le présent écobilan).

 

3. Même réutilisé 19 fois: le verre demeure moins performant que la brique à boisson

Le terme «réutilisable» peut pousser à surestimer son utilité environnementale. En effet, le tout dernier écobilan de l’OFEV révèle que, à l’instar du vin, la brique à boisson prime largement par la bouteille réutilisable pour le lait. Elle affiche déjà un résultat supérieur à partir d’un taux de recyclage de 55 %, et ce, même si la même bouteille de lait réutilisable est remplie jusqu’à 19 fois – ce qui n’est souvent pas le cas. En dessous de ce taux de recyclage de 55 %, les deux emballages sont d’ailleurs au coude à coude.

 
4. Les distances de transport font la différence

Les distances de transport ne doivent pas être négligées pour ce qui est du bilan environnemental d’un emballage. À cet égard également, la brique fait mieux que rivaliser. En reprenant l’exemple de la bouteille de lait réutilisable, on constate que les deux emballages présentent un impact environnemental similaire pour des distances de transport comprises entre 40 et 120 km. Au-delà de 210 km, la brique à boisson constitue sans conteste l’emballage le plus écologique.

 
5. Le recyclage des briques permet d’économiser du bois à perte de vue

Bien qu’il n’existe pas encore de recyclage à l’échelle nationale pour les briques à boisson, cet emballage ne décroche que les meilleures notes dans le dernier écobilan, notamment grâce à son faible poids et à la combinaison de matériaux utilisés. La brique à boisson est composée d’environ 75 % de matières premières renouvelables (bois) qui, à l’issue du recyclage, donnent naissance à des produits de qualité comme les boîtes en carton. Un recyclage généralisé des briques à boisson permettrait d’économiser chaque année une quantité impressionnante de bois pour de nouveaux produits en carton et en papier – soit autant qu’il en pousse sur l’équivalent de environ 11 000 terrains de football.

 

 

L’écobilan 2024, examinant l’impact environnemental du secteur suisse des boissons, a été réalisé par l’association Recyclage des briques à boisson Suisse, l’Office fédéral de l’environnement et l’Association suisse pour les emballages de boissons respectueux de l’environnement (SVUG). L’analyse porte sur dix systèmes d’emballage dans six secteurs. L’écobilan dans son intégralité est disponible ici:



Ökobilanz_2024
.pdf
Télécharger PDF • 3.16MB

 



Comments


bottom of page